Divers

Le rugby au féminin

le 5 août 2014 - Actu, Actualité - Divers

  • RUGBY_slide

Le rugby à XV se conjugue depuis bien longtemps au féminin. Découverte d’une discipline peu médiatisée mais qui compte de plus en plus d’adeptes…

Mêmes règles, même soif de vaincre, mêmes gestes, même physicalité… et même passion pour le ballon ovale que le rugby à XV masculin. En ce moment même se dispute en France la Coupe du Monde de rugby féminin et si les matches qui affichent complets sont une quelconque indication, il semblerait que le rugby à XV féminin soit fin prêt pour son gros plan.

La France est pour la première fois cette année hôte de la compétition (créée en 1991), l’occasion rêvée pour les françaises de briller sous le regard passionné de leur public. Objectif: arracher la victoire en succédant aux Néo-Zélandaises tenantes du titre venues à bout de l’Angleterre il y a 4 ans et désormais éliminées de la compétition.

Le succès est grandissant pour ce sport qui compte aujourd’hui en France près de 14 000 licenciées et environ 200 clubs. Les raisons d’un tel engouement ? Des victoires (les françaises en sont déjà à leur 4ème Grand Chelem), des retransmissions et des audiences record à la télévision pour un événement sportif féminin, un nombre de fans qui ne cesse de progresser et des vocations qui s’éveillent déjà chez les plus jeunes.

Et pourtant, c’est sans compter un parcours semé d’embûches pour ces rugbywomen aux allures de “superwomen”, qui ont dû au même titre que leur aînées, passer outre les préjugés, prises d’une passion dévorante pour un sport longtemps considéré comme un privilège masculin.

Aujourd’hui, tout comme leurs homologues footballeuses, pas toujours facile de concilier rugby et vie professionnelle. Eh oui car nos joueuses sont, une fois le match disputé et les crampons déchaussés, femmes, mères, ambulancières, éducatrices, ingénieures, militaires, serveuses ou encore étudiantes.

On annonce déjà une finale à guichets fermés. Aucun doute, le rugby féminin a plus que jamais le vent en poupe et nous ne pouvons que lui souhaiter bonne continuation!

Ajouter un commentaire

× 2 = 14