Outdoor

Tendance : le skimboard

le 18 juillet 2014 - Tendance, Actualité - Outdoor

  • surfsables_SLIDE

Des vacances à la mer ? Alors vous avez ou allez sûrement, au fil de vos balades sur les plages de sable cet été, croiser des pratiquants d’un sport de glisse un peu particulier et encore assez peu connu : le skimboard.

Ses origines ? La Californie, Mecque de la « cool attitude » et des sports de glisse comme le skateboard, et ultime point de rendez-vous de nombreux adeptes venus du monde entier pour pratiquer. Son nom vient de l’anglais « skim » qui signifie « effleurer» et « board » la planche. Le « skim » pour les intimes, c’est une discipline qui consiste en effet à effleurer l’écume des vagues.

Poésie mise à part, le skimboard c’est un peu plus compliqué que son nom ne le laisse entendre. Eh oui, contrairement aux apparences c’est un vrai sport extrême qui nécessite un minimum de technique.

La question sur toutes les lèvres : comment repérer des skimboarders sur les plages cet été ? Tout d’abord leurs planches en contreplaqué ou bois verni, voire fibre de verre, beaucoup plus petites et plates que des surfs, et qui ne possèdent pas d’aileron. Autre particularité, le skim se pratique en bord de plage, dans seulement quelques centimètres d’eau. En effet en s’éloignant du bord, si la vitesse de la planche n’est pas assez importante, celle-ci coulera.

Le skim c’est assez simple dans la théorie : on part de la plage en lançant son board devant soi, parallèlement aux vagues, et on lui court après en tentant de monter dessus. Deux figures constituent la base de ce sport de glisse : le « flat » réservé aux débutants et consistant à glisser tout droit sur la fine pellicule d’eau laissée par les vagues lorsque celles-ci se retirent, et le « shore break » pour les plus expérimentés, le but étant de venir percuter une vague et de réaliser des figures rappelant celles du surf.

Bien que ne nécessitant pas des heures et des heures de pratique à l’image du surf ou du skate, dans la pratique, les skimboarders, tout comme leurs homologues surfeurs et skateurs, ne seront pas étrangers aux chutes, faisant des poignets et du coccyx des zones particulièrement sensibles. Les gamelles seront, du moins au début, fréquentes, le temps d’apprendre à atterrir correctement sur votre board, parfaitement en équilibre.

Les chutes, même pas peur ? Soif de nouveauté ? Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Alors, prêts à effleurer les vagues cet été ?  8-)

Ajouter un commentaire

7 × = 56