Tennis

“Le sport, une manière de surmonter son handicap”

le 30 mai 2014 - Actu, Actualité - Tennis

  • André SEGURA, DG du Groupe GO Sport, et Charlotte FAMIN, double Championne de France de tennis fauteuil.

Charlotte FAMIN, double Championne de France de tennis fauteuil, participera pour la première fois du 4 au 6 juin prochain au Tournoi de Roland Garros. Depuis le 23 mai dernier, GO Sport est très fier de sponsoriser Charlotte sur la saison 2014-2015. Elle pose ici en compagnie d’André SEGURA, Directeur Général du groupe GO Sport. Rencontre…

Depuis combien de temps pratiquez-vous le tennis fauteuil ?

Je pratique le tennis fauteuil depuis maintenant 2 ans et demi.

Est-ce qu’il a été difficile pour vous de concilier pratique sportive et handicap ?

Finalement ça a été plutôt simple de concilier les deux, parce que dans ma vie de tous les jours c’était assez compliqué. Après mon accident en 2008, faire du sport en fauteuil m’a permis d’intégrer un club et donc sa dynamique.

Devenir athlète de haut niveau a-t-il toujours été un objectif ?

Non, je ne savais pas que c’était possible. Pour moi le tennis n’avait été jusque-là qu’une pratique de loisir, même si j’avais atteint un certain niveau. Quand j’ai reçu une Wild Card de la Fédération, j’ai été très étonnée car ça ne m’avait jamais traversé l’esprit. En réalité en tennis fauteuil on monte assez vite dans le classement. Après, parvenir à se hisser dans le top 10, c’est là que ça devient intéressant !

Un conseil à ceux qui n’osent pas surmonter leur handicap ?

Même si ça ne résout pas tout, sachant qu’il y a encore un certain nombre de choses que je ne fais plus, comme aller à la plage par exemple, faire du sport et se retrouver avec des personnes qui sont confrontées aux mêmes difficultés, pouvoir montrer son corps, ça fait beaucoup de bien !

Vous êtes double championne de France, vous commencez à vous construire un joli palmarès… quels sont vos objectifs ?

Gagner Roland Garros ! C’est la première fois que j’y participe cette année. Donc mon objectif c’est de passer un tour. Ce serait déjà une très belle victoire ! Et puis bien sûr les Jeux Paralympiques de Rio en 2016. J’aimerais pouvoir y participer avec un bon classement et un bon niveau.

Une préférence pour votre premier ou pour votre second titre de Championne de France ?

Le premier. Mon premier titre a été plus difficile. Les filles étaient plus difficiles à battre. Et puis je n’imaginais vraiment pas pouvoir un jour participer aux Championnats de France !

On peut dire que vous adhérez au slogan « Vivons Sport » ?

Tout à fait. Le sport c’est une manière de surmonter son handicap. Après mon accident j’ai fréquenté deux centres de rééducation. Le premier, j’en suis ressortie dans le même état où j’étais rentrée. Le deuxième centre m’a beaucoup aidée. Il s’agit surtout de rencontrer les bonnes personnes.

Ajouter un commentaire

− 5 = 4