Combat

“La maîtrise de soi”

le 11 février 2014 - Ambassadeurs, Performance - Combat

  • Slide-Article

Mickaël B. 26 ans, 1,88m pour 78 kg est ceinture noire 2e dan de judo. Il nous parle de sa passion.

A quel âge as-tu commencé le judo ?

J’ai commencé un peu sur le tard, j’avais 11 ans. J’ai toujours été hyperactif étant petit, et un peu dissipé aussi. J’avais quelques difficultés à me concentrer à l’école. Avant que mes parents ne décident de m’inscrire au club de judo de ma ville, je jouais au foot depuis l’âge de 7 ans, j’adorais ça mais j’avais tendance à me retrouver un peu trop souvent sur le banc de touche à cause de mon comportement…

Qu’est-ce que t’a apporté le judo ?

J’avais besoin de structure. En enfilant mon kimono, j’ai appris le respect de l’autre, la maîtrise de soi… Le judo m’a aidé à grandir, à la fois physiquement et mentalement. Aujourd’hui je me rends compte qu’en fait, le judo c’est un peu mon yoga à moi. Chaque combat, chaque entrainement est l’occasion de me retrouver face à un adversaire sur le tatami et d’apprendre à canaliser mes émotions. D’ailleurs depuis que je fais du judo, bizarrement, je suis beaucoup plus zen sur le terrain de foot !

Qu’est-ce qui te plaît dans ce sport ?

Ce que j’aime dans le judo c’est que ce soit autant un art de vivre qu’un art martial. C’est ce côté moral et philosophique que j’apprécie par-dessus tout.

Quelles idées reçues sur le judo aimerais- tu adresser ?

Quand on voit des champions comme Teddy Riner et David Douillet occuper le devant de la scène, on a tendance à penser qu’en judo ce qui compte avant tout, c’est le physique. Le physique c’est important certes, être fort et puissant. Mais sans le mental qui va avec, jamais vous ne gagnerez de combat. Car le but ce n’est pas de blesser son opposant. Ce ne sont pas les coups portés qui détermineront l’issue d’un combat.

Et puis il y a toujours ce côté très gracieux, très maîtrisé dans un combat de judo. C’est un sport beaucoup plus technique qu’il n’y paraît. Être judoka, ça requiert une sacrée discipline. Je sais de quoi je parle, quand j’ai débuté je n’en avais pour ainsi dire aucune !

Pourquoi est-ce que tu conseillerais ce sport aux plus jeunes ?

Sans hésiter, les valeurs. Je dois beaucoup à ce sport. J’ai beaucoup appris sur moi-même et sur les autres grâce au judo.

Ajouter un commentaire

+ 7 = 10