Divers

“Se retrouver seul face à un adversaire”

le 12 novembre 2013 - Ambassadeurs, Performance - Divers

  • Slide-Article2

Pratiquant le badminton depuis maintenant plus de 15 ans, Fabrice V. partage avec nous, sa passion pour ce sport.

Comment as-tu découvert le badminton ?
J’ai découvert le badminton en classe de 4ème, en cours de sport. A cette époque, je faisais déjà pas mal de sport, du football notamment. L’envie de m’investir dans un sport, de tout donner sur un terrain je l’ai toujours eu. Avec les études il était difficile de combiner les deux sports, il a fallu faire un choix et c’est le badminton que j’ai choisi.

Pourquoi le badminton plutôt que le football ?
Pour la compétition ! Se retrouver seul face à un adversaire plutôt que dans un collectif est particulier. Sur le terrain on ne peut compter que sur soi-même. Je pense sincèrement que la pratique du badminton m’a aidé à gagner en confiance en moi.
Quand j’ai commencé la pratique en club j’ai tout de suite eu l’envie de progresser, d’être le mieux classé possible. Mais tout cela fut alimenté à la base par une forte dimension affective, bien que le badminton ne soit pas un sport collectif, nous étions tout un groupe de copains qui venaient à l’entraînement pour progresser et s’amuser.

Pourquoi le badminton est-il si peu populaire en France ?
Le problème est culturel, le football et le rugby sont très populaires en France, mais ce n’est pas le cas dans beaucoup de pays asiatiques et quelques pays européens. Nous pouvons prendre l’exemple du Danemark où le badminton est autant, si ce n’est plus, populaire que le football ou le handball. 3 joueurs danois sont présents dans le top 25 mondial, qui est très largement dominé par les asiatiques. Néanmoins, au sein de certains clubs nous ressentons un engouement de plus en plus important depuis quelques années. Nous avons de plus en plus de licenciés de tout âge.

Penses-tu que le badminton va davantage se développer ?
Jusqu’à il y a peu, le badminton a traîné l’image d’un sport « mou », probablement en raison de la légèreté du volant et du manque d’intensité des échanges que cela laisse supposer… En vérité le badminton est un sport extrêmement exigeant qui requiert une importante endurance et une grande vivacité. Le grand public commence à en prendre conscience et à s’intéresser à ce sport. D’autant plus qu’il se pratique aisément en ville, et par tout temps. Le badminton se porte mieux, j’aime à croire qu’il va évoluer de façon exponentielle dans les prochaines années, pour être enfin reconnu à sa juste valeur !

Ajouter un commentaire

− 1 = 7